Comment Fabriquer un Etabli Pliant ?

Vous pouvez consulter notre guide d’achat ici : meilleur etabli pliant

Vous n’avez pas les moyens d’investir dans un produit neuf ? Pourquoi ne pas construire soi-même son propre établi pliant ? Voyons les principales étapes de fabrication.

Comment Fabriquer un Etabli Pliant

Allié parfait dans vos travaux de menuiseries, le prix d’un établi ne convient cependant pas toujours à votre budget. Les modèles proposés dans les grandes surfaces sont moins chers mais faut-ils encore qu’ils soient qualitatifs. Il est préférable lorsqu’un établi pliant est adapté à la taille ainsi qu’aux exigences de son utilisateur. Alors pourquoi ne pas le concevoir vous-même ?

Quel bois choisir pour son établi pliant ?

Les amateurs recommandent pour la fabrication du plateau de travail un bloc de bois assez épais du genre « bloc de boucher » mais ce dernier dispose d’un poids de près de cinquante kilogrammes. Pas très pratique si vous désirez le déplacer. D’autres personnes pensent qu’une planche de bois plus fine mais robuste ou plusieurs plaques de contreplaqué seront satisfaisantes. Tandis que d’autres se servent de palettes récupérées et se font un établi au moyen de vis, d’une perceuse, de roulettes et d’une scie. Les individus désireux d’un établi plus sophistiqué se serviront de plus de matériel et d’outils dont surtout des rondelles, des boulons, un pinceau plat, de la colle prévue pour le bois, des chevrons, une équerre, une disqueuse, un marteau, une scie circulaire et bien-sûr la quantité de bois dont ils ont besoin afin de concevoir le piétement ainsi que le plateau.

Concevoir le plan de votre meuble avec des dimensions particulières vous permettra de le concevoir mais se montrera parfait lors de l’acquisition de votre matière première afin d’en connaître les quantités dont vous avez besoin. Pour acquérir le bois, vous pourrez vous rendre dans un magasin de bricolage ou vous diriger vers une scierie. Dans cette situation, vous devrez certainement le poncer avant de pouvoir le mettre en forme. Par conséquent, pensez à prévoir la ponceuse électrique ainsi qu’un masque pour vous protéger.

L’importance du plan de travail

Pour commencer, il vous faut confectionner le plan de travail. Il s’agit d’un élément indispensable puisque c’est sur celui-ci que vous effectuerez la plupart des manipulations qui vous obligent à manipuler de nombreuses pièces (pour faire du tri, de l’assemblage, des tracés et toutes manœuvres consciencieuses). C’est également sur ce plateau que vous déposerez vos outils, vos schémas ainsi que le matériel servant au traçage. Par conséquent, il devra disposer de bonnes dimensions. Sa surface doit être idéalement lisse et propre afin de ne pas nuire à la qualité de vos pièces. Pour finir, il vous faudra confectionner un plan de travail rigide. En effet, il ne faut pas que celui-ci plie sous le poids de certaines pièces et doit à l’inverse demeurer une surface de référence plutôt plane. La rigidité sert aussi à limiter les « effets ressort », réellement désagréables lorsqu’on a besoin de taper sur un objet. Afin de concilier l’ensemble de ces impératifs, le contreplaqué semble être un matériau adapté. Effectivement, en plus d’être réellement lisse et rigide, il propose une bonne résistance envers l’arrachement, ce qui vous offre la possibilité de visser sans soucis des cales ou des butées de manière fiable. Un panneau fait de contreplaqué de 25 millimètres d’épaisseur pour 120 centimètres de longueur et 50 centimètres de largeur, disposé sur deux tréteaux pliants semble être une bonne alternative afin de débuter le travail dans les meilleures conditions possibles.

A regarder aussi : Présentation des Etablis Pliants Multifonctions

Le montage de l’établi

Les matériaux constituant le plateau doivent être bien secs afin de diminuer au maximum les risques liés à la déformation. Confectionnés à la dégauchisseuse-raboteuse, il vous faudra si besoin les finir au rabot à main afin de dresser les chants d’équerre idéalement. En vu de leur poids, il plus simple de travailler les rainures de fausses languettes au moyen d’une défonceuse plutôt qu’à la toupie. La mise à longueur se fait suite au collage et avant l’installation des alèse. Peu importe le soin apporté aux précédentes étapes, le plateau fini doit être dressé afin de se montrer idéalement plan. Deux options se présentent à l’amateur : se servir d’une défonceuse munie d’une fraise cuvette accompagnée par deux patins parallèles ou bien se servir d’un rabot et d’un racloir tout en surveillant à la règle.

Ensuite, disposez le piétement à l’envers sur le panneau retourné afin de repérer l’emplacement des mortaises au sein de celui-ci. Vous ne pourrez creuser ces dernières qu’au moyen d’une perceuse ou d’un bédane et d’un maillet. Ajustez par la suite au ciseau afin que le plateau rencontre de façon simple mais sans faire de jeu. L’assemblage sera renforcé au moyen d’un tirefonnage au travers des traverses hautes. Pour ce qui est du piétement, il est doit être en rentrait de près de deux centimètres sur le plateau pour laisser la place d’un serre-joint. Du côté gauche, il doit laisser place à une presse rapide tandis que de l’autre côté se situe la distance idéale pour la vis de la presse arrière.

Les dispositifs de serrage

Il est important de percer le plateau afin de boulonner la presse en métal. Laissez une distance de la taille d’une semelle de bois entre les deux pour pouvoir ajuster la hauteur des mâchoires. Positionnées à cinq millimètres en-dessous du niveau du plateau, elles permettront de conserver la place pour des mors en contreplaqué. Refermez ensuite les trous au moyen de bouchons en bois. Pour ce qui est des coulisses à billes, elles permettent de soutenir les planches longues et sont donc vissées au sein des montants à gauche des tiroirs. Pour ce qui est des traverses à droite et de la presse latérale, elles sont percées en fonction du diamètre de la vis, régulièrement 28 millimètres. L’écrou est vissé au sein de la traverse, du côté intérieur. De l’autre côté de l’établi, le tasseau formant la rainure est vissé au sein de l’alèse au travers des entretoises en contreplaqué légèrement plus épaisses que la cale.

Les rangements de l’établi

La solidité des tiroirs prime bien évidemment sur leur apparence. Servez-vous donc de chutes et ne vous encombrez pas avec des façades rapportées. Ne mettez pas de côté cependant la taille : les tiroirs à droites doivent faire la même largeur tandis que ceux en-dessous doivent pouvoir coulisser sans utiliser la force. Le fond ainsi que les tablettes entre les pieds de gauches sont sciés à la taille du piétement puis fixés sur des tasseaux vissés derrières les pieds. Fixez ensuite de façon successive les coulisses des tiroirs d’en dessous, les tasseaux servant de support au fond ainsi que les montants supports des coulisses servant aux tiroirs de droites. Vous pouvez en fonction de vos envie concevoir des tiroirs puis les ajuster au support ou réaliser cette étape dans le sens contraire. Pour finir, vous pourrez ajouter des accessoires à votre établi pliant comme une planchette recouverte d’un papier abrasif afin d’affûter les crayons ou une prise de courant …

A lire aussi : Test et Avis Etabli BLACK+DECKER WM825-XJ